Accueil>News>

Deux ateliers de formation rendent opérationnelles les activités du Centre panafricain de formation statistique à l’INP-HB


« Le Centre panafricain de formation statistique doit transcender les barrières linguistiques et favoriser les rencontres entre les spécialistes africains ainsi qu’avec les autres experts internationaux.» a indiqué d’entrée de jeu M. Koffi N’Guessan, Directeur Général de l’INP-HB lors de son discours inaugurant deux ateliers portant sur l’académie sur les statistiques et analyses du marché du travail organisé par le Bureau International du travail en partenariat avec l’Union Africaine et la formation sur les comptes nationaux dans le cadre du programme panafricain de statistique organisé par l’Union Européenne.

Ces deux ateliers de formation organisés conjointement par l’Union européenne et le Bureau International du Travail qui rendent opérationnelles les activités du centre panafricain de formation statistique (CPFS) à l’INP-HB de Yamoussoukro, visent à renforcer les connaissances techniques des cadres africains au cœur du dispositif de la production de données statistiques.

L’objectif principal du centre consiste à « dispenser des formations en statistiques en vue de d’une harmonisation des méthodes de production et de collecte de données dans l’ensemble des pays africains. » a indiqué le Dr. René N’Guettia Kouassi, directeur du département des affaires économiques de la commission de l’Union africaine au nom de la présidente de la commission de l’Union africaine, Mme Nkosazana Dlamini Zuma.

Il a par ailleurs ajouté que le Centre panafricain de formation statistique vient « élargir l’espace du rayonnement de l’INP-HB en Afrique et dans le monde et contribuera à ériger l’Institut au rang de structure de formation la plus complète en Afrique. »

La création du Centre panafricain de formation statistique à l’INP-HB de Yamoussoukro est une décision des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA prise lors de la 22e session ordinaire de leur assemblée tenue à Addis Abeba en Janvier 2014.

Priscille APPIAH